Informations

Servanne JOLLIVET

Membre des Transferts culturels

Chercheur CNRS

Contact

Page on Academia : https://ens.academia.edu/ServanneJollivet

Page on Researchgate : https://www.researchgate.net/profile/Servanne_Jollivet

 

Champs de recherche

Philosophie allemande des XIXe et XXe siècles : néokantisme, phénoménologie, philosophie de la vie, herméneutique, philosophies de la culture.

Philosophies et théories de l’histoire, historisme, historicité, philosophie grecque du XXe siècle, transferts gréco-français et gréco-allemands. 

 

 

Publications choisies (2015-2020)

 

 Ouvrages collectifs

  • S. Jollivet (éd.), Hommage à Kostas Axelos (en grec), Athènes, Nea Hestia, 2015.
  • S. Jollivet, K. Daskalaki (éd.), L’exil est la patrie de la pensée. Kostas Axelos, Paris, ENS éditions, 2015.
  • S. Jollivet, J. Barash (éd.), Reinhart Koselleck, Revue Germanique Internationale, vol. 25, Paris, CNRS éditions, 2017. http://journals.openedition.org/rgi/1647 

  • S. Jollivet (éd.), Mataroa 1945. Du mythe à l’histoire, Athènes, Asini/EfA, 2019.

 

Articles et contributions

  • S. Jollivet, « L’ambivalence d’une historicisation radicale de la phénoménologie chez Heidegger », in Danish Yearbook of Philosophy, vol. 48, Copenhagen, 2015, p. 51-70.
  • S. Jollivet, « Die Kulturphilosophie Cassirers in der Historismus-Debatte » [La philosophie de la culture de Cassirer dans le contexte du débat sur l’historisme], in T. Endres, P. Favuzzi, T. Klattenhof (éd.), Philosophie der Kultur- und Wissensformen. Cassirer neu lesen, Bern, Peter Lang, 2016, p. 239-255.
  • S. Jollivet, « Dilthey et la “critique de la raison historique“. Genèse et enjeux d’un projet inachevé », in G. Fagniez et S. Camilleri (éd.), Dilthey et l’histoire, coll. « Annales de l’Institut de philosophie de l’Université de Bruxelles », Paris, Vrin, 2016, p. 27-41.
  • S. Jollivet, « Critiques et ambivalence du recours à l’historicité chez Heidegger. Entre refondation radicale et résurgence métaphysique », ALTER, n° 25, 2017, p. 79-95.
  • S. Jollivet, « D’une radicalisation de l’historisme chez Reinhart Koselleck. Le projet renouvelé d’une théorie de l’histoire », in S. Jollivet, J. A. Barash (éd.), Reinhart Koselleck, Revue Germanique Internationale, vol. 25, Paris, CNRS éditions, 2017, p. 9-36.
  • S. Jollivet, « Pour en finir avec le sujet. Déconstruction et désappropriation du “soi“ chez Heidegger », in R. Calin, O. Tinland (éd.), La subjectivation du sujet, Paris, Hermann, 2017, p. 177-198.
  • S. Jollivet, « Identity and memory of the Greek community of Smyrna », in M. Espagne, G. Gürtekin Demir, S. Verger, P. Aydemir (éd.), Izmir. From past to present. Human and cultural interactions, Izmir, Izmir Büyüksehir Belediyesi, 2018, p. 263-277.
  • S. Jollivet, « L’orient philosophique. Réflexions sur un concept clé de l’imaginaire européen », in M. Espagne, Li Hongtu (éd.), Chine France – Europe Asie. Itinéraires de concepts, Paris, Rue d’Ulm, 2018, p. 473-490.
  • S. Jollivet, « L’histoire singulière de la communauté grecque pontique. L’hellénisme russe, du Pont au Caucase », in M. Espagne, H. Isaxanli, S. Mustafayev (éd.), La montagnes des langues et des peuples. Imbrications et transferts dans l’espace du Caucase, Paris, Demopolis, 2019, p. 223-240.
  • S. Jollivet, « Von der Philosophie des Geschichte zu den Quellen des Nihilismus. Meaning in History neu gelesen », in Tel Aviver Jahrbuch für deutschen Geschichte, n°47, Göttingen, Wallstein Verlag, 2019, p. 51-64.
  • S. Jollivet, « Trois philosophes engagés : Axelos, Castoriadis, Papaioannou. De la guerre civile à la critique du marxisme », in S. Jollivet, (éd.), Le voyage du Mataroa. Du mythe à l’histoire, Athènes, Ecole française d’Athènes, 2020, p. 41-57.